Proposition d’innovation Technique

Assise près du moniteur de retour, la script doit pouvoir inscrire le numéro du plan, de la scène directement dans la caméra, de sorte à ce que le rush soit renommé (comme pour le son). A l’importation des fichiers dans le logiciel de montage, les rushs se rangeraient automatiquement dans le bon ordre ! Plus besoin d’assistant monteur ! Pour peu que le timecode soit respecté, c’est la porte ouverte à la suppression du clap ! Moins de monde, moins de frais, plus d’efficacité. L'élégance serait de lui permettre de modifier directement les métadonnées, et que les "bad takes" ne s'importent pas dans le logiciel. 

Cette réflexion est une résultante de ma petite bataille contre la tradition du clap : le cadreur est toujours obligé de décadrer, pour ensuite recadrer. Cette latence fait perdre de l’énergie à l’acteur si-il est dans des conditions émotives particulières. On enlève également les mots « Annonce ? » puis « Blabla sur blablaclap, septième ! » Clap ! C’est recadré, mais c’est foiré ! Coupé ! Again ! « Hu ! Dadaclap ! Neuvième !  » Le machiniste a plus urgent à gérer, l’ingénieur du son déteste le bruit de la craie, et la script servirait enfin à quelque chose. C’est surtout archaïque comme objet, non ?

Il existe des aides au CNC pour développer cette idée. A bon entendeur !

Dorian Clair | 2019-05-07

Proposition_d’innovation_Technique.png