Poème aux Inconnues

Mon amante inconnue, la pensée discrète
Que je ne garde qu’en partie secrète :
Du jour inespéré où enfin tu me dises,
Ta parole rêvée, une friandise !
Qu’importe le temps duquel me faut gémir,
N’attendant qu’un seul mot, et du deuil j’expire.
Un mot désiré, preuve de la vérité !
Ce mot dont la douceur m’aurait bouleversé !
Le mot de ton âme s’approchant de la mienne,
Et auquel répondant, j’aurais dit la tienne !
Ne suis-je qu’un monstre ? Un ignoble raté ?
A jamais ce désir me serait refusé ?
Je t’aime, inlassable dans mon recoin d’ombres
Attendant que tu me lèves de ce coin sombre.
Tu serai la première, oh ! Triste pensée…
Mais je ne pleure guère, las, de t’aimer

Dorian Clair | 2010

Poème aux inconnues.jpg