La Connaissance

Vous pensiez dans vos forts que se substituait
A vos maux, la raison ! Par l’effort sublimé
De volontés teintant la vie aux goûts amers ?
Mensonges !
Pandore ! Ô boite sous nos yeux,
Ta vertu de catin se rie de nos impairs…
Pulvérisant l’âme des chercheurs ambitieux,
Souffrant jusqu’au dernier brin de cohérence
L’arraché des passions, de la joie trop humaine,
Des débris de pensées : ronge déchéance !

Dorian Clair | 2012-10

La connaissance.png