Efemèr

Ce film est réalisé, vous le trouverez sur sa page officielle

Personnages

Perquitat, le satisfait

Rasonairitz, Avocate de la défense

Efemèr, démon de l'éphémère

Scénario

 

Perquitat est à la meunerie de Barbegal où réside le démon Efemèr...

 

EFEMER

(Démoniaque)

Je sent la persistance de ta présence... Laisses moi t'oublier...

 

PERQUITAT

(Assuré)

Ennemi de l'éternité, je n'aurai aucuns renoncements car je ne supporte plus tes vanités.

 

EFEMER

(Concluant)

Ferme les yeux et n'ai craintes, je soulagerai ta mémoire. (Il se battent et Perquitat parvient à l'emprisonner quelques secondes dans sa masse à Processing avant de le jeter dans un trou en l'emprisonnant) Je ne suis pas impatient.

 

PERQUITAT

(Criant au ciel)

Rasonairitz ! Grande avocate, céleste rhétoricienne, une affaire si digne requièrt le rang de votre plaidoyer !

 

RASONAIRITZ

(off)

Plus tard.

 

PERQUITAT

(Descendant un peu du sommet)

J'insiste ! Après un tumultueux combat, je capturai en cette place un démon invaincu dont je ne sais que faire.

 

RASONAIRITZ

(off)

Oxis-le

 

PERQUITAT

(Sûr de lui)

Il s'agit d'Efemèr !

 

RASONAIRITZ

(Catastrophée)

Quoi ? Le régisseur du Temps ?

 

PERQUITAT

(Presque narguant)

Oui ! Et me résoudre à le détruire rendrait tout immortel…

RASONAIRITZ

(Empressement)

Un instant, j'enfile ma robe.

 

PERQUITAT

(Avec un gros sourire pervers)

Vous n'êtes pas obligée (Elle apparaît) heu… de paraître devant moi sans… heu… Retard.

 

RASONAIRITZ

(Sèche)

Perquitat, votre faute serait grande s-il s'avère que vous avez inventé cette histoire dans l'espoir de me revoir, j'ai déjà trop..

 

PERQUITAT

(La coupe en la menant au sommet)

Point de ruses là dessous, je cherchais une excuse lorsqu'elle s'est présentée à moi, d'elle même. Vous conviendrez de sa qualité.

Il lui montre Efemèr

 

RASONAIRITZ

(Constate)

C'est bien l’éphémère…

 

PERQUITAT

(Obligation)

Et il nous faut décider son sort.

 

RASONAIRITZ

(Réfute)

Je ne suis pas juge.

 

PERQUITAT

(Par évidence)

Ce sera mon rôle. Et je m'occupe de l'accusation.

 

RASONAIRITZ

(Révoltée)

Mais… C'est un procès malhonnête !

 

PERQUITAT

(Insensible)

Et alors ? A vous de bien le défendre, et puis… Je resterai sensible à l'influence de votre charme pour peu que vous en usiez sans modérations… (Elle le gifle, lui face caméra) Si belle… Et que de satisfactions en chacun de ses dons…. (Remonte la tête)

Mignone, n'inversons pas les rôles car voici l'accusation. Pour préserver cette gloriole qui entoure ce visage à mes yeux, contre l'instabilité de ces pierres qu'autrefois mes aïeux récoltèrent en un temple sublime et merveilleux, face au vide, accablant, basculant dans l'instant aux rivages infinis tout ce qui naît faillit : je réprouve et affirme qu'une destruction perpétuelle, infâme, autant que mortelle, ne faisant rien durer, pas même les idées, mérite à son tour, de s'envoler !

RASONAIRITZ

(Attique)

Pourquoi se révolter d'une tromperie soudaine ? Reconnaîtrais-je en cette peine l’effroi condensé d'un malaise animé ? Voyez ce mouvement ; c'est une force qui fuit ! Sans malices, rien ne finit. La matière, cette année aux saisons trismégistes est capable d'un chaos mystique, admirable, fractalien… !

 

PERQUITAT

(Piégeur)

Objection, accordée ! Lorsqu'un empire s'effondre au petit matin, pourquoi entreprendre lorsque tout est vain ?

 

RASONAIRITZ

(Sarcastique)

Tournez vous les pouces sans changer de visions ! Le plaisir à faire est un résultat : vivez le présent et non dans l'absent, vous n'en serez que plus satisfait !

 

PERQUITAT

(Bon joueur, il tire sa déduction)

Emprisonnant cette limite, j'ai trouvé une beauté à ce que rien ne dure… Car préférant une sécurité figeant ma volonté, j'oubliais que sourire, c'est aussi virevolter. J’admets que les ténèbres de l'Efemèr ne sont qu'un voile dans mon illusion et je peux enfin garder l'espoir qu'un jour vous ne me vites plus aussi noir…

 

RASONAIRITZ

(Sèche)

Sur ce point, gardez le déboire : certaines choses perdurent plus que d'autres. Libérez le.

 

PERQUITAT

(Vaincu)

Ah cruelle, je vous l'accorde. J'irais trouver ailleurs un peu d'amitié, si c'est là ma leçon à tirer.

 

RASONAIRITZ

(Impérative)

Faites !

 

PERQUITAT

(Résigné)

Pff... Vos vœux son les miens… (Il s'apprête à libérer le démon à contre-coeur, lorsqu'il le voit déjà dehors… Celui-ci emplit l'espace avant de disparaître) Voilà qui… Ben… Où êtes vous ? Céleste rhétoricienne.

 

RASONAIRITZ

(Agacée)

J'essaie de me rendormir.

 

PERQUITAT

Et bien sûr vous ne voulez pas d'aide, hein ?

RASONAIRITZ

(Le ciel craque)

Silence !

 

PERQUITAT

(Se fait tout petit)

Elle n'est vraiment pas banale… Sans prétendante, je n'ai que des prétentions alors… Rien ne change au final ! Je m'en vais pourfendre un nouveau mal !

 

Et il s'en repart, courant, d'entre les ruines de l'aqueduc.

 

Dorian Clair

1 Janvier 2015

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now