Dragon et Papillon

Les écailles luisantes, un dragon somnolait près d'un mégalithe, jusqu'à ce qu'une minuscule voix le bouscule.

 

« Dragon ! Je foule ton museau ! »

Il ouvrit une lourde paupière pour apercevoir sur ses naseaux, un papillon aux ailes versicolores.

« Qu'est ce qu'il veut le moucheron ? »

« Le battement d'aile d'un papillon peut provoquer une tempête de l'autre côté de la planète ! Je suis forcement le plus fort de nous deux ! Je suis ici pour te vaincre trois fois, Dragon ! Si je réussis, je serai ton maître ! »

La stupéfaction du dragon lui fit pousser un immense rire, et des arbres s’enflammèrent aux alentours.

 

« T'as du culot, j'aime bien. Tu vies à peine le temps d'une saison, et je n'ai pas grand-chose à perdre. Si tu réussis, j'accepte. »

« Tu es trop fier, Dragon. Je suis plus haut que toi, et je te défis de me dépasser !»

Dragon et papillon.png

Le dragon clignât des yeux, car effectivement le papillon sur ses naseaux était plus haut, de quelques centimètres... Il avait beau tourner, ou baisser la tête, rien n'y changeait ! Alors il déploya ses ailes, fit quelques enjambées rapides et : « Tu vas voir qui est le plus haut ! » Du vent balaya les feuilles, et la poussière tourbillonna sous l'impulsion rapide du monstre, qui atteignit rapidement les nuages. Le papillon s'accrochait, mais le dépassait encore. La terre s'éloignait, tandis que la stratosphère s'approchait... A persévérer, la guivre ne pourrait plus respirer ! De son côté, le papillon entrait en quiescence... Le dragon claqua des mâchoires et renonça. « Minute Papillon, tu m'as eu sans même bouger »

« C'est normal Dragon, car maintenant, je vais te vaincre avec mes ailes ! Je te défis de voler plus longtemps que moi ! »

 

Le dragon le regarda comme si-il avait dit une énormité, et le papillon s'envola pour la compétition. C'était un dragon, d'une excellente constitution, qui se ventait régulièrement auprès des dragonnes de lire correctement les vents chauds, pour tenir des heures, alors... sur un telle épreuve, il était certain de vaincre, sur son honneur de mâle ! Le lépidoptère battait tranquillement des ailes, l'air serein. On a beau être un dragon en pleine forme, faire voler 1 tonne cinq pendant trois jours et nuit, ça devient difficile ! Le papillon profitait du typhon de ses ailles pour planer, dormir. Le matin du quatrième jour, ses muscles ne pouvaient plus le maintenir... Il perdit peu à peu de l'altitude, avant de se résigner au sol.

« Tu es coquin, Papillon ! »

« C'est normal Dragon, car je suis plus malin. Je te défis de savoir, combien il y a de fleurs sur cet arbre ! »

 

Le feuillage était un amas touffu.

« Trop facile, dix-milles ! »

« Je parlais des fleurs, pas des feuilles, Dragon.»

« 223, et j'ai de bon yeux !  Et toi : combien dis tu ?  »

« Il y en a 436, car j'ai déjà compté celles de derrière. Tu ne pouvais pas me vaincre, dragon ! »

« J'aurai du me méfier… Un tel papillon peut devenir mon maître ! »

 

Ainsi le Dragon devint le serviteur du Papillon Monarque. Celui qui est certain de sa force ne devrait pas sous-estimer plus faible que lui. Face à un défis impossible, le papillon arrive à ses desseins grâce à une préparation minutieuse, et l'analyse des obstacles pour y parvenir.

 

Dorian Clair | 2020-12-26