Confession_déduite_d’une_carte_du_Yi_Kin

Confession déduite d’une Carte du Yi King

Pourtant sans lumières, je me glisse dans le soir.
Fermant les deux yeux, je m’occupe à voir...
J’agissais en soucis de ma simple taille,
Tournais en rond comme un esprit qui baille,
Rêvant tant à demain, qu’aujourd’hui et hier.
Un choix en conscience me sort des quatre tiers.
Dans ce repos du cœur, je m’y vois conforté :
Sans parfaire le monde, je sais l’accepter !
Je n’ai plus l’émulsion, l’impulsion du combat
Car enfin la sagesse se fait guide de mon bras…
Parfois je regrette, mais c’est sans redouter
Que s’ouvrir au monde puisse me blesser.

Dorian Clair | 2013-09-10